Au détour d’un coup de fil, une détresse intense

Hier j’avais programmé un appel avec un collègue entrepreneur d’Oxalis. Entre notre prise de rendez-vous et hier, il a quitté la coopérative. Au téléphone, il était épuisé, triste, angoissé, avec un sentiment d’échec et l’impression que sa vie ne lui appartenait pas. C’était un bon mélange de pro et de perso : tout n’était pas lié à l’arrêt de son activité. C’était impressionnant et touchant de l’entendre parler, de tenter d’accueillir sa parole au mieux, sachant que ce n’est pas mon métier. On a quand même fait un peu plus connaissance. Et puis il a pu me parler de ce que lui avait apporté ces dernières années de travail intense, nouveau, complexe, ambitieux, ainsi que de la façon dont la coopérative avait pu accompagner sa détresse ces derniers mois.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s